Avesac

  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow

Brèves

PERSPECTIVES

"Apprendre aux hommes à vivre ensemble est une longue bataille qui n'est jamais complétement gagnée. Elle nécessite une réflexion sereine, une pédagogie habile, une législation appropriée et des institutions adéquates."
Amin Maalouf

A PROPOS

"L'essence de toute tyrannie réside dans le refus de la complexité." Guillaume Vanhulst, recteur de la HEP-VD. Forum Harmos, 31.01.2009

Actualité syndicale
PDF Imprimer E-mail

PRISE DE POSITION

« Quelles structures durables pour l’accueil des élèves migrants ? »

Prise de position et propositions de l’Association Vaudoise des Enseignants en Structures d’Accueil

Pour une Direction Pédagogique renforcée, capable d’apporter une réelle expertise et  d’assurer une visibilité cantonale cohérente en lien avec les réalités du terrain dans la mise en œuvre des lignes directrices du Département de la Formation, de la Jeunesse et de la Culture, pour l’accueil et l’intégration des élèves allophones.

Considérant
•   le caractère particulièrement aléatoire de la population scolaire migrante, son instabilité, sa diversité croissante, et, conséquemment,  l’ampleur des défis devant lesquels l’école publique se trouve placée,
•    les témoignages apportés par les professionnels des diverses régions du canton, depuis plusieurs années et lors du Forum du 11 novembre 2009 à Lausanne,
•   les enjeux de l’intégration des élèves primo - arrivants dans les classes régulières, et les responsabilités confiées aux enseignants en termes de pédagogie, d’évaluation et d’orientation de leurs élèves,
•    le travail soutenu effectué quotidiennement par les enseignants en structures d’accueil, (cours intensifs de français, groupes et classes d’accueil) auprès des élèves allophones et leur engagement auprès des familles,
•    les fonds importants engagés par le Département pour l’enseignement du français « langue seconde »,
•    les disparités de prise en charge des élèves allophones dans le canton,

l’Association Vaudoise des Enseignants en Structures d’Accueil relève avec inquiétude que les forces de la Direction Pédagogique de la DGEO consacrée à ce champ d’activité n’ont cessé de diminuer ces dernières années et qu’elles sont actuellement trop faibles pour espérer organiser avec constance et succès l’intégration et la scolarisation des élèves migrants, conformément aux lignes directrices du DFJC.

L’association est cependant convaincue 
qu’il est possible de relever le défi majeur que représente l’instruction et l’intégration de tous les élèves allophones inscrits dans l’école publique au même titre que pour les autres élèves, pour autant que soient assurées des mesures telles que :
•    une analyse régulière de l’impact des migrations sur la population scolaire,
•    une réflexion pédagogique partagée, soutenue et argumentée,
•    un partenariat régulier avec les professionnels de la petite enfance et de la formation post-obligatoire,
•    la mise en œuvre durable de mesures cantonales réalistes et cohérentes en lien dynamique avec les grandes lignes directrices de l’école,
•    le soutien effectif des enseignants réguliers ou d’accueil en charge de l’intégration des élèves allophones dans tous les établissements du canton,
•    une collaboration  régulière avec les institutions et associations en charge de l’accueil des migrants.

En conséquence
, l’AVESAC estime que le renforcement des structures d’accueil cantonales est indispensable et propose les deux mesures suivantes :

1.    Nomination d’un collaborateur supplémentaire à la DP.

Spécialiste des questions pratiques relatives aux élèves allophones et dont les tâches principales seront complémentaires à celles déjà effectuées à la DP.
Un cahier des charges décrit son mandat.
L’attribution du poste est soumise à une procédure de mise au concours officielle.
Le poste est repourvu s’il vient à se libérer.

2.    Création de centres de ressources régionaux.
Les centres régionaux remplacent les anciens CREM. Ce sont des unités de travail de proximité, au service de tous les enseignants/doyens réguliers ou d’accueil en charge des élèves allophones.  Concrètement, ils sont activés par des enseignants – coordinateurs qui disposent chacun d’un poste de travail mis à disposition par l’établissement dans lequel ils exercent leur activité principale.
Un cahier des charges décrit leur mandat.
Ils sont désignés par la DP – DGEO en accord avec la Conférence régionale des directeurs.
Les enseignants qui occupent cette fonction reçoivent une décharge pour leur activité de coordination.
Leur poste est repourvu s’il vient à se libérer.

Le comité de l’AVESAC se tient à disposition pour tout échange et précisions au sujet de la déclinaison du cahier des charges des collaborateurs précités.

Lausanne, le 16 janvier 2010