Avesac

  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow

Brèves

PERSPECTIVES

"Apprendre aux hommes à vivre ensemble est une longue bataille qui n'est jamais complétement gagnée. Elle nécessite une réflexion sereine, une pédagogie habile, une législation appropriée et des institutions adéquates."
Amin Maalouf

A PROPOS

"L'essence de toute tyrannie réside dans le refus de la complexité." Guillaume Vanhulst, recteur de la HEP-VD. Forum Harmos, 31.01.2009

Accueillons la formation en classe d’accueil PDF Imprimer E-mail
Index de l'article
Accueillons la formation en classe d’accueil
Des efforts tous azimuts
Un enseignement complexe dans un milieu hétéroclite
Des mesures appropriées pour une ingération socilinguistique
Une reconnaissance de l’enseignement du français langue étrangère...
Toutes les pages

Tout le monde en parle

« 15% des jeunes étrangers n’achèvent pas de formation en Suisse.», peut-on lire dans un rapport rédigé par l’Office fédéral des migrations (ODM), présenté le 30 août  2006 dans www.admin.ch et devant toutes les médias.

« Le chômage touche à Lausanne principalement les jeunes d’origine étrangère », constate le Service cantonal de recherche et d’information statistique (SCRIS) de l’état de Vaud. «Une majorité de ces chômeurs étrangers n’ont pas dépassé le stade de la scolarité obligatoire.», c’est marqué dans un article paru dans « Lausanne-Cités » du 24-25 mai 2006 (p. 6) : «  Lausanne : le manque de formation explique le taux de chômage ».

« L’illettrisme touche 800’000 adultes en Suisse. L’Office fédéral des statistiques (OFS) explique en partie ces chiffres par le fait que 26% de la population adulte est constituée par les immigrés. », peut-on encore lire dans le télétexte de la TSR le 25 juillet 2006.

« 43% des parents suisses pensent que la forte proportion d’étrangers dans les écoles est un obstacle à l’éducation performante des jeunes Suisses.»
, selon une enquête réalisée par le département de sociologie de l’Université de Genève (« Le Matin », 25 juin 2006, p.6).

Selon l’enquête des systèmes scolaires en Europe, baptisée PISA, la Suisse est classée en 2003 à la 17ème place parmi 32 pays. « C’est en Suisse que les enfants de familles pauvres et/ou immigrées de fraîche date, peu intégrés socialement, obtiennent les résultats les plus éloignés de ceux des familles favorisées. Comme PISA établit une moyenne générale, il est facile de comprendre que si le système scolaire suisse était moins inégalitaire, s’il cherchait davantage à corriger les inégalités de chances de réussite scolaire, il rejoindrait le groupe des pays obtenant les meilleurs résultats », écrit Pierre Varcher dans son texte:  PISA en Suisse.